FIERS DE NOTRE FILIERE EN REGION !

Dans notre grande région, la filière bovin viande occupe une position incontournable sur les plans socio-économiques et territoriaux.

 

  • 654 000 vaches nourrices au premier janvier 2020 : 16 % des effectifs nationaux et 2ème région Française en terme de cheptel allaitant
  • 4 races emblématiques : Charolaise, Salers, Limousine et Aubrac
  • 18% des exploitations régionales spécialisées en Bovin viande 
  • 10 230 exploitations de plus de 20 vaches allaitants
  • Majoritairement des exploitations de naisseurs spécialisés mais aussi des engraisseurs spécialisés et des naisseurs engraisseurs
  • 340 producteurs de veaux
  • Ces exploitations participent à l’approvisionnement des 38 abattoirs régionaux (75% des approvisionnement en région), qui ont traités près de 190 000 tec de gros bovins en 2019.
  • 1ère région exportatrice de broutards, se sont près de 367 000 broutards qui ont été exportés à l’étranger en 2019 (les 3/4 sur l’Italie) et 33 000 vers d’autres régions françaises. 
  • De nombreux signes officiels de qualité
  • Un maillage d’acteurs de mise en marché important
  • Le cœur de filière représente plus de 10 500 emplois directs et ce, sans compter les emplois indirects.

Points forts et spécificités régionales

  • Un fort potentiel de naissances, issus en particulier du troupeau allaitant du grand Massif Central, mais aussi d’une présence sur le territoire ;
  • Un élevage de montagne, valorisant des races rustiques ;
  • Une part importante de son système de production basé sur une alimentation à l’herbe, avec 1,5 million d’ha de pâturages mis en valeur par l’élevage, créant une forte valeur ajoutée pour l’aménagement des territoires ;
  • Des productions sous signes de qualité variées (Label Rouge, AOP, IGP et Bio) et une marque régional (Région du Goût Auvergne-Rhône-Alpes)
  • Une grande variété de races allaitantes
  • Un fort bassin de consommation sur la Région pour des opportunités de commercialisation en local
  • La proximité de l’Italie (client historique pour les veaux, broutards et jeunes bovins) et du bassin méditerranéen et du port de Sète outil important d’exportation en vif)

Contraintes et difficultés

  • Conjoncture défavorable avec un marché mondialisé très concurrentiel et des cours de la viande très fluctuants ; une consommation de viande rouge subissant une baisse structurelle; des contraintes réglementaires, politiques et sanitaires qui ont perturbé nos flux à l’exportation ;
  • Des aides européennes (aides PAC) qui ont fortement diminuées au cours des dernières années, en particulier chez les naisseurs-engraisseurs ;
  • Des pressions sociétales et médiatiques fortes sur les thèmes de l’environnement, du bien-être animal et du véganisme entre autres, qui impactent négativement l’image de la filière
Partager cet article :