Fiers de notre filière en région

Dans notre grande région, la filière bovin viande occupe une position incontournable sur les plans socio-économiques et territoriaux. On y recense 6 500 exploitations spécialisées viande qui regroupent près de 653 000 vaches allaitantes (soit 16% des effectifs nationaux), ce qui la place 2eme rang derrière la région Nouvelle-Aquitaine.

Ses exploitations participent à l’approvisionnement des 41 abattoirs présents sur tout le territoire, qui traitent près de 300 000 Tonnes de carcasses de gros bovins.

Le cœur de filière représente plus de 10 500 emplois directs et ce, sans compter les emplois indirects.

  • Points forts et spécificités régionales
    • Un fort potentiel de naissances, issus en particulier du troupeau allaitant du grand Massif Central, mais aussi d’une présence sur le territoire ;
    • Un élevage de montagne, valorisant des races rustiques ;
    • Une part importante de son système de production basé sur une alimentation à l’herbe, avec 1,5 million d’ha de pâturages mis en valeur par l’élevage, créant une forte valeur ajoutée pour l’aménagement des territoires ;
    • Des productions sous signes de qualité variées (Label Rouge, AOP, IGP et Bio) et une marque régional (Région du Goût Auvergne-Rhône-Alpes)
    • Une grande variété de races allaitantes
    • Un fort bassin de consommation sur la Région pour des opportunités de commercialisation en local
    • La proximité de l’Italie (client historique pour les veaux, broutards et jeunes bovins) et du bassin méditerranéen et du port de Sète outil important d’exportation en vif)
  • Contraintes et difficultés :

    • Conjoncture défavorable avec un marché mondialisé très concurrentiel et des cours de la viande très fluctuants ; une consommation de viande rouge subissant une baisse structurelle; des contraintes réglementaires, politiques et sanitaires qui ont perturbé nos flux à l’exportation ;
    • Des aides européennes (aides PAC) qui ont fortement diminuées au cours des dernières années, en particulier chez les naisseurs-engraisseurs ;
    • Des pressions sociétales et médiatiques fortes sur les thèmes de l’environnement, du bien-être animal et du véganisme entre autres, qui impactent négativement l’image de la filière